• Jeunes Religieux 1024x683

Voeux du président de la Coreb

VoeuxCette « Fuite en Égypte » inspire les vœux que je vous adresse en ces jours de Noël qui nous conduisent vers une année nouvelle. De son auteur, Jean-Pierre Augier, il est écrit « le sculpteur trouve son inspiration dans de vieux outils ou des objets de fer qu’il transforme par assemblage en personnages ou animaux en mouvement. Il sauve ainsi de l’oubli, de l’inutilité, de la destruction, ceux qui étaient promis au rebut ou à la fonte. Son travail les transfigure pour leur donner une autre vie, celle d’une œuvre d’art ». L’année qui s’achève a été et demeure éprouvante pour bien des régions et des peuples. Ce constat en accable plus d’un et fait demander avec angoisse si la violence, la haine, la division trouveront jamais une issue de justice, de réconciliation et de paix. Noël nous invite à plonger à nouveau au plus profond de notre espérance. Le Dieu créateur, comme un sculpteur divin, ne cesse d’être inspiré par notre humanité. Alors même qu’elle peut apparaître fatiguée, usée ou vouée à la destruction et au rebut, Dieu vient s’y mêler pour la sauver, la transfigurer, lui donner – toujours et encore – une vie nouvelle. Façonnée à partir de rebuts, cette sculpture de la Sainte Famille fuyant la violence peut être contemplée comme une icône. Elle nous parle à l’évidence des millions de migrants et de réfugiés qui fuient leur terre pour chercher, quelque part, un asile bienveillant. Certaines de nos communautés font avec bonheur l’expérience de cet accueil. La sculpture nous parle aussi de bien d’autres situations où des personnes ont leur cœur et leur âme en exil. Elle nous dit que Dieu, en Jésus si humainement fragile et démuni, fait route, fait corps avec toutes nos histoires. Et c’est la source inépuisable de notre espérance et de notre consolation. En ce Noël, que la contemplation de « Dieu avec nous » vienne réveiller en nous les sources de la consolation. Que cette joie si particulière de l’Évangile nous fasse vivre et nous porte en avant dès maintenant et tout au long de cette nouvelle année.

Père Franck Janin, sj, Président de la COREB

Communiqué de la Province jésuite de Belgique méridionale et du Luxembourg

Le Père Général de la Compagnie de Jésus vient de communiquer ce jour sa décision de nommer le Père François Boëdec, Provincial de la future Province jésuite d’Europe occidentale francophone, lorsque celle-ci sera créée cet été 2017, en remplacement de la Province de France et de la Province de Belgique méridionale et Luxembourg.

Ordre de Saint Benoît: la miséricorde, «cœur de la vie chrétienne»

 « La miséricorde n’est pas un slogan ou une recette : c’est le cœur de la vie chrétienne »: c’est ce que le pape François a dit lors de la rencontre avec les participants au Congrès international des abbés et abbesses de monastères bénédictins réunis à Rome, ce jeudi 8 septembre 2016, dans la Salle Clémentine du Palais apostolique.

Le pape a souligné que ce Congrès avait  « une signification particulière dans le contexte du Jubilé de la miséricorde ».

La miséricorde est le « style concret » de la vie chrétienne, a fait observer le pape, « la respiration qui anime les relations interpersonnelles et rend attentifs aux plus démunis et solidaires avec eux ».

Dans le témoignage de  « l’authenticité » et de « la crédibilité du message » de l’Église, le rôle des communautés monastiques est important, a déclaré le pape. « Les moines et les moniales conservent par vocation un don particulier et une responsabilité spéciale : celle de garder vivantes les oasis de l’esprit, où pasteurs et fidèles peuvent puiser aux sources de la divine miséricorde. »

« Votre service rendu à l’Église est très précieux, a insisté le pape. À notre époque aussi il faut des hommes et des femmes qui ne font rien passer avant l’amour du Christ, qui se nourrissent quotidiennement de la Parole de Dieu, qui célèbrent dignement la sainte liturgie, qui travaillent heureux et actifs, en harmonie avec la création. »

 

Le pape a aussi salué l’« hospitalité typique » des bénédictins qui accueillent « les cœurs les plus perdus et éloignés de ceux qui se trouvent dans une situation de grave pauvreté humaine et spirituelle ».